Ouverture d’une Section CFE-CGC au CHU de la Martinique

C’est avec beaucoup de plaisir que nous vous annonçons la constitution d’une section du Syndicat National des Scientifiques Hospitaliers au CHU de la Martinique, pour y représenter la CFE-CGC.

C’est le Dr Fabienne DANTIN qui présidera cette section entourée de son équipe qu’elle est en train de structurer.

Nous lui souhaitons la bienvenue ainsi qu’à tous les Docteurs en Sciences du CHU de la Martinique, preuve si besoin était que les problèmes de 31reconnaissance des docteurs en sciences, en France, ne se limite pas qu’à la métropole.

Assemblée Générale Section SNSH / CGE-CGC du CHU de Rennes

Message de la Section SNSH / CFE-CGC du CHU de Rennes

« Nous allons prochainement aborder avec la direction de l’hôpital les titularisations des contractuels en cours (Loi Sauvadet) et la possibilité d’un reclassement dans un grade supérieur en adéquation avec le titre de docteur et la nouvelle fiche de métier, ingénieur de recherche bac +8.

Afin que notre action soit efficace, nous avons besoin de connaître les personnes titulaires d’un doctorat d’Université. Nous organiserons une

Assemblée Générale le 16 janvier de 13h à 14h
dans nos locaux syndicaux qui reprendra nos activités menées en 2016 et sera l’occasion de discuter et de définir ensemble les actions pour l’année 2017.
Permanences les lundis de 12h à 14h au 02 99 28 92 29

Vous pouvez également vous faire connaître par courriel aux adresses suivantes :

chu-rennes@snsh.info
snsh_cfe_cgc@chu-rennes.fr

Un nouveau site intranet de la section SNSH / CFE-CGC sera bientôt disponible à partir de la page intranet du CHU, dans l’onglet organisation syndicale (la mise à jour est en cours).

Merci de diffuser ce mail à toute personne susceptible d’être concernée.

La section SNSH / CFE-CGC du CHU de Rennes prend possession de ses nouveaux locaux

Depuis Septembre 2016, le SNSH s’est affilié à la CFE-CGC, permettant ainsi à la section rennaise de disposer de locaux partagés avec la section « Acteurs Santé » existante, d’être mieux structurée et de bénéficier d’une aide juridique éventuelle.

Les membres du bureau, et la présidente de la section – Dr Fabienne DESMOTS-LOYER (cf. photo) s’organisent pour maintenir une permanence le lundi midi (13h00-14h00) au local syndical de la CFE-CGC (sous-sol du bâtiment des écoles), sur les heures d’activité syndicale prévues par la loi.

Ils disposent également d’une adresse email institutionnelle

SNSH_CFE_CGC@CHU-RENNES.FR

Section SNSH / CFE-CGC
du CHU de Rennes

Rencontre de la Section SNSH du CHU de Rennes avec la CFE-CGC

Le 21 Juin 2016, lors de l’assemblée générale du SNSH, un changement de statut de la fédération rennaise du SNSH a été voté, suite à son affiliation à la CFE-CGC (Confédération Française de l’Encadrement/Confédération Générale des Cadres, fédération « Service Public »).

Notre ex-fédération est donc désignée aujourd’hui comme la « section SNSH du CHU de Rennes |  CFE-CGC ». L’affiliation à la CFE-CGC permet aux sections du SNSH d’obtenir des droits d’exercices syndicaux – dans certains CHU qui le leur leur refusait – du fait de la représentativité de la CFE-CGC (syndicat national représentatif de la fonction publique).

Pour rapidement mettre en place cette nouvelle organisation syndicale au CHU de Rennes, nous avons pris contact avec les acteurs CFE-CGC locaux : Acteurs Santé (syndicat de la fonction publique hospitalière hors bac +8) et SNPI (Syndicat National des Professionnels Infirmiers) et fait connaissance des responsables de l’Union Départementale 35 (UD35 CFE-CGC).

Lundi 26 septembre, la « Section SNSH du CHU de Rennes » était  conviée à un pot de rentrée de la CFE-CGC organisé par l’UD35 et l’union locale de Rennes dans les locaux de l’Union Régionale de Bretagne. Ce fut l’occasion pour la Présidente – le Dr Fabienne DESMOTS-LOYER –  et la Secrétaire de la section rennaise du SNSH – Dr Delphine ROSSILLE – de faire connaissance avec les différents acteurs rennais de la CFE-CGC.

Tout en exposant nos revendications, nous avons également pris note d’informations importantes concernant les formations syndicales régionales et confédérales délivrées par la CFE-CGC (communiquées par Mr Joël FAUCHARD, Conseiller du salarié CFE-CGC), ainsi que de l’existence de réunions d’informations mensuelles au siège de l’UD 35, ouvertes à tout adhérent ayant pour objectif de mettre en relation les acteurs des réseaux professionnels régionaux. La première rencontre sera dédiée à la « French Tech  Rennes-Saint-Malo ». Nous avons également au cours de cette réunion rencontré Mr Bernard VAYSSE, administrateur associatif en lien avec l’ARS Bretagne, qui nous a proposé de faire remonter auprès des délégués à la fonction publique hospitalière de la CFE-CGC au niveau national, les difficultés des scientifiques exerçants au centre hospitalier de Rennes (avec à l’appui l’enquête de la section Rennaise du SNSH sur les ingénieurs du CHU de Rennes diffusée en Juin 2016).

Après l’annonce à la directrice générale du CHU de Rennes, Mme ANATOLE-TOUZET, de l’affiliation du SNSH à la CFE-CGC, Mr ALLEMAND, du service central administratif de la DRH du CHU a rapidement souhaité nous rencontrer. Au cours de cet entretien du 28 Septembre 2016, la Présidente, accompagnée de la Secrétaire et de la Trésorière, ont été informées des droits syndicaux liés à cette affiliation. Nous avons pris connaissance du déploiement prochain d’un logiciel de gestion des évaluations des personnels qui a la particularité d’associer à chaque agent une fiche-métier du Répertoire des Métiers de la Fonction Publique Hospitalière. Nous avons signalé à Mr Allemand que le SNSH a œuvré à la reconnaissance du titre de docteur d’université en 2015, ceci s’étant concrétisé par la création de la fiche-métier « Ingénieur de Recherche Hospitalier » dans la dernière version du Répertoire des Métiers. Nous avons exprimé le souhait d’être impliquées dans ce projet lorsque seront traitées les fiches de métier des personnels diplômés d’un doctorat universitaire.

Enfin, nous avons exposé les principaux sujets sur lesquels nous souhaitons travailler avec la direction pour une meilleure reconnaissance du doctorat d’université en milieu hospitalier. Nous lui avons fait part de notre volonté d’associer la fiche-métier « Ingénieur de Recherche Hospitalier » à une grille de salaire et une évolution de carrière correspondantes. Le bureau du SNSH travaille actuellement sur une proposition des modalités de recrutement des bac +8 d’une part et de reclassement des bac +8 déjà recrutés d’autre part, en partenariat avec le SNSH national.

Enfin, pour permettre une meilleure visibilité et reconnaissance de nos métiers, nous utiliserons les outils de communication mis à notre disposition par le CHU (site intranet du CHU ; panneaux d’affichage syndical ; reportages et interviews des bac + 8 diffusés dans le flash info du SNSH).

SNSH CHU de Rennes : rencontre avec le DRH

Compte-rendu de l’entretien avec Mr Besson (DRH du CHU de Rennes)
Le 12 février 2015, nous avons été reçus par le directeur des ressources humaines du CHU de Rennes afin de présenter la fédération rennaise du SNSH.
Cette rencontre a permis d’exposer nos objectifs principaux :
1) faire évoluer le statut des Docteurs es Sciences au CHU de Rennes avec la reconnaissance du doctorat (bac+8),
2) permettre aux scientifiques d’avoir un positionnement hiérarchique clair dans le milieu hospitalier par rapport à leurs collègues Docteurs en Médecine et en Pharmacie ;
3) apporter une transparence et une harmonisation des grilles de salaire des scientifiques en milieu hospitalier en fonction de l’expérience et de l’ancienneté.

Mr Besson a pris le temps d’écouter notre discours dont le but était de mettre en évidence que les Docteurs es Science ont un rôle de plus en plus important à l’hôpital ces dernières années, avec l’émergence des nouvelles technologies et leurs utilisations directes pour l’amélioration du diagnostic et la prise en charge des patients. Ainsi, nous avons montré le besoin d’avoir dans les CHU des personnels qualifiés et sanctionnés d’un doctorat pour mettre en place cette innovation scientifique et technologique de haut niveau. Nous avons également évoqué plusieurs autres missions des Docteurs es Sciences à l’hôpital (liste non exhaustive), qui ne se cantonnent pas seulement aux métiers de la recherche clinique, à savoir :
1) former et encadrer le personnel hospitalier notamment les techniciens aux nouvelles technologies mais également les internes en pharmacie et en médecine au métier de la recherche afin de compléter leur cursus hospitalo-universitaire ;
2) répondre et conduire les projets de Recherche et de Développement hospitalo-universitaire dans le but d’améliorer le diagnostic; les résultats de ces appels d’offre étant valorisés sous forme de publications nationales et internationales à comité de lecture, générant des points SIGAPS, partie variable importante du financement des MERRI du CHU ;
3) aider à la validation technique et biologique. L’ensemble de ces missions, indispensables au bon fonctionnement des CHU, met en évidence la grande capacité d’adaptabilité des scientifiques leur permettant d’assumer diverses fonctions. Il semble que Mr Besson n’avait pas la mesure de cette spécificité des Docteurs es Sciences et les assimilait plutôt à du personnel ultra-spécialisé et « non adaptable », raison avancée pour ne pas les titulariser.
Malgré l’importance de nos missions au sein du CHU, que seul un personnel compétent sanctionné d’un doctorat es Sciences (bac+8) est capable de mettre en œuvre (d’ailleurs les chefs de service ne s’y trompent pas lorsqu’ils demandent à l’administration de recruter un bac+8 sous un statut d’ingénieur…), le titre de Docteurs es Sciences, à l’Hôpital n’est pas pris en compte dans leurs statuts ni dans les grilles de salaire, puisque nous exerçons sous le statut d’ingénieur hospitalier (bac+5).

Nous lui avons fait également part que localement au CHU de Rennes, s’ajoute à la non prise en compte du niveau de doctorat, première inégalité, un deuxième niveau d’injustice, à savoir les disparités au sein du corps ingénieur. Actuellement, le statut d’ingénieur regroupe des personnels allant du master 2 (bac+4) au diplôme de doctorat es sciences (bac +8), en passant par le diplôme d’ingénieur (bac +5), tous recrutés sur des bases variables (grades, échelons et primes), sans cohérence avec leurs niveaux d’études ou expériences professionnelles dans leur salaire. Cette disparité existe également entre domaines d’expertise pour un diplôme identique.

Pour mesurer toute l’ampleur des disparités au niveau local dans le corps ingénieur, nous avons demandé à Mr Besson de nous transmettre la liste des ingénieurs hospitaliers du CHU de Rennes, ce qu’il a accepté sans difficultés. A partir de ce fichier, nous pourrons débuter un travail avec l’administration pour empêcher que se poursuivent les inégalités lors des recrutements futurs et pour rectifier les injustices flagrantes déjà existantes.

En conclusion, nous avons fait savoir à Mr Besson, que cette fédération a vocation de créer une dynamique locale, en parallèle de la démarche du SNSH national (qui travaille activement avec les ministères de la santé et de la fonction publique, notamment sur la reconnaissance du doctorat et la création d’un nouveau statut), pour mettre en application les recommandations nationales actuelles et futures. Cette action est d’autant plus importante au niveau rennais que sont mis en place des structures transversales de Recherche et de Développement dans le cadre médical ou FHU. En tant que Docteurs es Sciences, nous sommes directement impliqués par ces réformes et nous saisissons cette occasion pour nous faire connaître et reconnaître.

Nous avons eu le plaisir de constater que la légitimité de notre démarche n’a pas été contestée et qu’une discussion constructive pouvait être envisagée. Nous avons pris conscience également suite à cette discussion que la marge de manœuvre du directeur des ressources humaines était conditionnée par la demande des chefs de services des différents secteurs, qui recherchent les compétences des scientifiques et reconnaissent la qualité de leur travail. C’est pourquoi, il faudra œuvrer également pour faire changer les « habitudes prises » par nos chefs de service qui recrutent à bas prix des personnels ultra qualifiés.

La dynamique est en place ! A nous de la maintenir et à vous tous scientifiques en milieu hospitalier de nous soutenir !

Création de la section SNSH du CHU de Rennes

Nous le souhaitions depuis plusieurs mois déjà, voilà qui est chose faite. La première section du SNSH vient de voir le jour au sein du CHU de Rennes.
Cette naissance, répond à un réel besoin de reconnaissance – humaine, professionnelle et salariale – des Docteurs en Sciences dans nos CHU.

Elle est aussi la preuve, si besoin en était encore, que le constat est le même dans tous les CHU de France.

Cette constitution est, à n’en point douter, l’appel lancé à d’autres régions de se lancer dans ce juste et légitime combat pour la justice et l’équité.

Voici le premier message que la Fédération départementale du CHU de Rennes a souhaité vous adresser :

« Nous avons le plaisir de vous informer de la création de la première Fédération Départementale du Syndicat National des Scientifiques Hospitaliers, au sein du CHU de Rennes (SNSH Rennes).

Nos objectifs principaux en tant que Fédération départementale sont :
1) d’informer précisément les Docteurs en Sciences de la Fonction Publique Hospitalière (titulaires et contractuels) au sein du CHU de Rennes de leurs droits et d’énoncer clairement les difficultés actuelles tant sur leur avancement, la reconnaissance de leurs parcours universitaires que sur la valorisation de leur recherche.
2) de soutenir les actions nationales du SNSH.

Notre première action sera de réaliser un état des lieux de la situation des scientifiques employés au CHU de Rennes par service, fonction, statut afin d’établir les disparités et dysfonctionnements, et ainsi de participer aux efforts menés par le Syndicat pour actualiser le répertoire des métiers de la Fonction Publique Hospitalière.

En conclusion, nous voulons être clair sur un point : un docteur en sciences n’est pas un ingénieur, c’est un chercheur bac+8, dont les compétences sont sanctionnées par la délivrance d’un doctorat en sciences. Son activité de recherche est valorisée par des publications dans des revues internationales à comité de lecture.

Ce travail bénéficie à l’hôpital tant pour sa visibilité nationale et internationale, que pour l’attribution du budget MERRI reversé par le Ministère de la Santé aux établissements hospitaliers. De plus, les scientifiques apportent chaque jour leur contribution à l’activité de diagnostic et au développement des nouvelles technologies utilisées pour améliorer la prise en charge des patients.

L’efficacité de notre action syndicale dépendra de l’implication de tous les scientifiques du CHU de Rennes mais également de la création de nouvelles Fédérations Départementales.

Mobilisez-vous! Rejoignez-nous!

Le Bureau »

1 9 10 11