Réforme de la Fonction Publique : un (pseudo) dialogue à marche forcée !

Alors que cette réforme vient tout juste d’être présentée le 13 février dans le cadre du Conseil Commun de la Fonction Publique, notre Ministère vient royalement d’octroyer aux Oganisations Syndicales (OS) une semaine pour présenter des amendements !
Entre ces deux échéances trois réunions « techniques » en quatre jours !!!
Pour la Fédération des Services Publics CFE CGC, ce timing est scandaleux et en dit long de la considération ministérielle !
Ce projet de réforme va impacter indéniablement l’ensemble des agents et des services et vise aussi à fragiliser les organisations syndicales en limitant leur rôle paritaire.
Oui la CFECGC est un syndicat réformiste ! Mais il l’est dans le cadre d’un double impératif : améliorer la qualité des services accordée aux citoyens et redonner de véritables conditions de travail aux agents publics !

Tract CFE-CGC SP

Télécharger le tract au complet !

CHU Dijon Bourgogne – Préparation de la 1ère Commission Consultative Paritaire (CCP) Côte d’Or

Séance de travail intensif des élus CFE-CGC (Emmanuel FLORENTIN au titre du SNSH CFE-CGC, Micheline BARREAUX et Philippe GORILLOT au titre d’Acteurs Santé CFE-CGC) au CHU Dijon Bourgogne pour la préparation de la première réunion de la Commission Consultative Paritaire (CCP) contractuelle départementale (21 – Côte d’Or).
Nous déplorons d’ores et déjà que cette première réunion de ces commissions – constituées par le décret 2015-1434 – se voient attribuées la lourde tâche de statuer sur le licenciement de 5 personnel contractuels de la Fonction Publique Hospitalière.
La CFE-CGC demeure fermement opposée à la contractualisation croissante voulue par le “Gouvernement Philippe”. Malheureusement force est de constater que, dans la réalité des faits, les personnels contractuels représentent à l’heure actuelle environ 25% de la Fonction Publique Hospitalière (FPH).
Nos représentants mettront toute leur énergie pour défendre les personnels contractuels, dont l’investissement est à saluer au sein de nos établissements, qui ne sauraient être considérés comme de simples variables d’ajustement financier des CHUs /CHs.

Revue de presse : Le projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé présenté en conseil des ministres

PARIS, 13 février 2019 (APMnews) – La ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, a présenté
mercredi en conseil des ministres le projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système
de santé.
Ce texte doit permettre à l’exécutif de traduire dans la loi une partie de la stratégie “Ma santé 2022”,
présentée par le président de la République, Emmanuel Macron, le 18 septembre 2018 et qui comportait
54 mesures (cf dépêche du 18/09/2018 à 16:08).
Cette stratégie quinquennale s’appuyait en partie sur la concertation lancée en février 2018 par l’exécutif
sur plusieurs chantiers (qualité et pertinenhttps://www.cfecgc-fph.com/wp-content/uploads/2019/02/Projet-de-Loi-Sante-Revue-de-presse.pdfce des soins, virage numérique, formation et qualité de vie au
travail des professionnels de santé, et organisation territoriale des soins) (cf dépêche du 13/02/2018 à
08:49 et dépêche du 13/02/2018 à 18:39). La réflexion sur les modes de financement et de régulation
vient tout juste d’aboutir (cf dépêche du 29/01/2019 à 11:00).

Lire la suite de la dépêche

Source : PARIS, 13 février 2019 (APMnews)

Clôture du congrès fédéral avec François HOMMERIL, président de la Confédération

C’est à François HOMMERIL qu’il revient de conclure ce 24ème congrés fédéral après que Nathalie MAKARSKI ait fait part de ses craintes et sa détermination faces aux réformes gouvernementales à venir – concernant entre autre la contractualisation croissante et la réforme des retraites – et à la manière du gouvernement de concevoir le dialogue social.

François HOMMERIL s’est tout d’abord félicité de la progression significative, et signifiante, de la Confédération et de la Fédération des Services Publics lors des dernières élections. Pour mémoire, la CFE-CGE est la seule organisation syndicale ayant progressé en voix, rappelant que la CFE-CGC est porteuse d’un certain nombre de valeurs et de vision éclairée de notre société.

Il rappelle le principe de responsabilités, d’engagement professionnel et les preuves à développer des compétences et d’assumer des responsabilités des représentants syndicaux de la CFE-CGC.
C’est par l’engagement professionnel, et derrière cette volonté de chacun de progresser, que le monde social peut progresser. La société doit fonctionner sur une image positive de l’engagement personnel qui bénéficiera à toute la société.

2ème journée du Congrès Fédéral de la Fédération des Services Publics CFE-CGC

Intervention ce matin de Christophe ROTH – Délégué national “Santé au Travail, Handicap” au sein de la Confédération CFE-CGC.
Burn-out, épuisement professionnel, intégration au sein de la Fonction Publique et plus-value humaine et professionnelle des personnes en situation de handicap de manière générale et au sein de la Fonction Publique en générale.

Toutes les information sur la politique de la CFE-CGC en terme de handicap à retrouver sur le blog dédié.

24ème Congrès National sous la présidence de Nathalie MAKARSKI

Aujourd’hui se déroule à Paris le 24ème congrès national de la fédération des Services Publics CFE-CGC.

Le congrès fédéral a renouvelé à sa tête Nathalie MAKARSKI en tant que présidente. Loïc FANOUILLERE et Christophe STEMPFER ont été élus respectivement Vice-Président et Trésorier fédéral.

Le bureau fédéral sera composé de 7 secrétaires fédéraux représentant les différents métiers et versants de la Fonction Publique de même que les métiers de l’emploi :
Pour la Fonction Publique d’Etat : Marie-Christine CARRATY – Patrice RIBEIRO – Fabien WANHEMALRYCK
Pour la Fonction Publique Territoriale : Alain LARATTA – Dominique ZAUG
Pour la Fonction Publique Hospitalière : Gabriel FEBVAY
ainsi que de : Suzie PETIT au titre des métiers de l’emploi

Rapport de la Cour des Comptes : Les urgences hospitalières : des services toujours trop sollicités

Lire le rapport concernant les urgences hospitalières

En 2016, les services d’urgence des établissements de santé, principalement publics, ont accueilli 21,2 millions de passages pour un coût de 3,1 Md€ à la charge de l’assurance maladie et des autres financeurs (complémentaires santé et ménages).

En 2014, la Cour faisait le constat d’une augmentation continue du recours aux services d’urgence hospitaliers, portant essentiellement sur les passages non suivis d’hospitalisation. Elle soulignait leur rôle dans la prise en charge de soins non programmés, faute notamment de réponse suffisante de la part de la médecine de ville. Elle relevait également des failles en termes de tensions hospitalières, d’inadéquation des prises en charge et de faiblesse du recueil de données, cette situation faisant obstacle à des analyses fines des caractéristiques des patients venant aux urgences.

Dans ce contexte, la Cour appelait à une redéfinition du rôle des services d’urgence dans le système de soins et formulait cinq recommandations visant à généraliser les nouveaux modes d’organisation interne des urgences qui ont fait la preuve de leur efficacité ; à faire évoluer la tarification en vue d’améliorer l’efficience des urgences ; à mesurer et analyser les « passages évitables » aux urgences de patients dont la prise en charge aurait pu être assurée en ville ; et à renforcer l’offre disponible en ville dans le cadre notamment de structures dotées d’un plateau technique léger et aux horaires de la permanence des soins.

Les contractuels ne sont pas des sous fonctionnaires !

Ils étaient autrefois considérés comme de simples variables d’ajustement. Mais, depuis l’entrée en vigueur de la loi du 13 juillet 1983, leur rôle a changé. Les contractuels, ces agents recrutés sous contrat de droit public, sont devenus indispensables au fonctionnement de l’administration.
Répondant à une mutation profonde du rôle de l’Etat, dont les missions se sont sensiblement diversifiées, leur recrutement permet à l’administration de disposer rapidement et efficacement de compétences spécialisées. A tel point que les non titulaires constituent désormais près d’un quart des effectifs de la fonction publique.

LesEchos.fr

Lire la suite de l’article en cliquant sur ce lien

1 2 3 4 5 13