Réforme de la Fonction Publique – Interview de Nathalie MAKARSKI

En France, la réforme de la fonction publique a franchi une étape décisive avec sa présentation en Conseil des Ministres.  Le texte sera examiné demain (jeudi) à l’Assemblée nationale. Défendu par le gouvernement comme une nécessité pour rendre la fonction publique plus réactive face aux nouvelles attentes des citoyens, le projet de loi prévoit la suppression de 120 000 postes d’ici à 2022 sur les effectifs de l’Etat, ceux des hôpitaux et des territoires. Une orientation strictement budgétaire, selon les syndicats, et qui risque d’aboutir à une précarisation des services publics, estime Nathalie Makarski, Présidente des Services publics CFE-CGC au micro d’Agnieszka Kumor

Réforme de la Fonction Publique : un (pseudo) dialogue à marche forcée !

Alors que cette réforme vient tout juste d’être présentée le 13 février dans le cadre du Conseil Commun de la Fonction Publique, notre Ministère vient royalement d’octroyer aux Oganisations Syndicales (OS) une semaine pour présenter des amendements !
Entre ces deux échéances trois réunions « techniques » en quatre jours !!!
Pour la Fédération des Services Publics CFE CGC, ce timing est scandaleux et en dit long de la considération ministérielle !
Ce projet de réforme va impacter indéniablement l’ensemble des agents et des services et vise aussi à fragiliser les organisations syndicales en limitant leur rôle paritaire.
Oui la CFECGC est un syndicat réformiste ! Mais il l’est dans le cadre d’un double impératif : améliorer la qualité des services accordée aux citoyens et redonner de véritables conditions de travail aux agents publics !

Tract CFE-CGC SP

Télécharger le tract au complet !

Les réformes ne peuvent pas se faire contre les agents publics et leurs représentants !

Télécharger la lettre d’info

Pour la présidente de la Fédération des services publics de la CFECGC, Nathalie Makarski, “si les agents publics ne veulent pas donner un chèque en blanc au gouvernement, ils doivent voter le plus largement possible” aux élections professionnelles du jeudi 6 décembre.

Interview à retrouver sur ce lien.